« L'Amie ou des journées entières avec Marguerite Duras »

Flyer_L'amie1
«Il y a une grande inimitié
entre la vie et la grande création»
déclare Marguerite Duras à son amie Michèle Manceaux.

C’est l’histoire d’une longue amitié,
le parcours de deux femmes, toujours en danger de vivre, qui évoluent, à la fois parallèles et dissemblables.
Pas une biographie de plus sur Marguerite Duras, pas une biographie du tout mais un texte infiniment profond, drôle et émouvant..

Volonté de transmettre aux spectateurs cette apologie de l’audace, ce dessein de femmes effrontées. Le texte de Michèle Manceaux oscille sans cesse entre passé et présent, entre souvenir et récit avec comme seul trame la fluidité de la mémoire. La mise en scène suit ce rythme là.


Des scènes courtes se succèdent, des bribes de vie de Marguerite et Michèle sont placées dans l’espace, tour à tour dans un traitement onirique ou au contraire en prise directe avec le regard du public témoin de cette déclaration d’amitié impérissable.
J’ai souhaité avec “l’amie” organiser une théâtralité simple, aussi limpide que le flux du souvenir.»

P. Honoré

Video
Photos
Télécharger le dossier de presse


Extraits de presse


L’adaptation par Philippe Honoré du livre de Michèle Manceaux est plus que juste : pudique et fine, gommant tout pathétique. Une réussite. Ponctué de remarques sensibles ou drôles, toujours tendres, le texte raconte l’amitié qui lia Michèle Manceau à Marguerite Duras. Nathalie Grauwin, dans un jeu subtil aux couleurs multiples dessine en creux le portrait des deux femmes, fait entendre avec un certain humour leurs petitesses et leurs blessures, leurs humeurs contrastées. Un solo d’actrice qui tient les spectateurs en haleine d’un bout à l’autre.
Sylviane Bernard-Gresh- Télérama (mars 2010)

Le très beau livre de Michèle Manceaux, « L’amie », a pour thème principal l’amitié qui la lia à Marguerite Duras. Adapté pour la scène par Philippe Honoré, ce spectacle retrace l’histoire de cette longue amitié. A travers des petites phrases anodines, des souvenirs agréables ou tristes, des angoisses, des doutes, des blessures, nous découvrons deux femmes extraordinaires toujours en danger de vivre. La très grande force de ce spectacle réside dans l’interprétation admirable tout en finesse et en subtilité de Nathalie Grauwin.
Quelle comédienne !
Pariscope - M-C.N

La scène déborde !
Voisinage d’écrivains… Philippe Honoré porte à la scène ce récit d’amitié et de rivalité comme une confession en lignes brisées. Nathalie Grauwin fait des différentes humeurs de Manceaux une sorte de solo de musicienne des émotions. L’un de ces beaux moments oú le théâtre amplifie la force d’un écrit.
Politis - Gilles Costaz

Faire beaucoup avec peu c’est la performance à laquelle parvient Nathalie Grauwin. Sur scène, un fauteuil rouge, quelques lampes, une valise et une chaine Hi-Fi occupent l’espace de manière judicieuse. Tout comme le propos de la pièce occupe l’esprit de la comédienne. Il n’est pas une phrase qui ne soit mûrement jouée, émotionnellement interprété et délicieusement raconté.
[…] Plus qu’une amitié donc, c’est à l’intimité de deux femmes, celle de Michèle Manceaux et Marguerite Duras que le public impudique assiste ébahi. Ebahi par l’histoire et la mise en scène, très certainement, mais avant tout ébahi par cette comédienne, Nathalie Grauwin, à l’immense talent.
La Provence - Ouadih DADAH

[…] C’est un texte dense, riche, intelligent. Pour le dire, il fallait des yeux vert. Duras aurait aimé cette correspondance. Et c’est l’art de Nathalie Grauwin tout en nuance et en humour distancié de le faire partager. Elle est Marguerite Duras qui est toujourds restée cette petite fille sensible aux mystères du quotidien et, dans le même temps ce monstre innaccessible et carnassier qu’elle fût par choix et par devoir. Elle est aussi Michèle Manceaux éperdue d’amour et d’admiration, de rivalité vaine et de triste ressentiment. La mise en scène, épurée, fait la part belle au jeu de la comédienne, un échassier aux déplacements anguleux, véritable double de Manceaux oscillant entre ses désirs de hauteur et son besoin d’appartenir au monde des vivants. Un très beau théâtre donc, élégant et subtil. Une comédienne passionnée et sincère.
La Théâtrothèque - Didier Dahan.

Il ne faut pas manquer cette adaptation réussie d’un livre de Michèle Manceaux
L’humanité - Aude Brédy

La seule évocation d’une biographie de plus sur Marguerite Duras vous hérisse le poil ? Rassurez-vous journaliste connu, Michèle Manceaux nous relate ici sa longue amité avec l’écrivain [...] agencé en 17 scènes souvent très courtes ce récit tendre et drôle parvient à nous bosuculer dans nos confortables certitudes et à nous émouvoir entre deux rires. [...] La grâce de Nathalie Grauwin éclaire subtilement le parcours intime de ces deux femmes.
Parisavenue.fr avec le figaro - M.H.

[…] Dix-sept tableaux souvent très courts, drôles, douloureux, poétique... Natahalie Grauwin interprète à merveille les deux personnages oscillant entre moquerie rires et larmes.
La Tribune - Y.Y

[…] La comédienne Nathalie Grauwin joue avec beacoup de vérité comme si l’amitié qui unit les deux personnages de Marguerite Duras et de Michèle Manceaux unissait toutes les femmes. Une sorte d’eternelle féminin...
Revue-spectacle.com - Claude Kraif